Ces derniers mois, la Fédération Française de Roller et Skateboard a été secouée par plusieurs affaires de violences sexistes et sexuelles. Durant la période de confinement et jusqu’à aujourd’hui, l’équipe dirigeante de la FFRS, avec le soutien des équipes salariées et la cellule en charge des questions liées aux violences sexuelles, a engagé un travail de fond afin de modifier les dispositifs en place autour de ces sujets, pour les renforcer à tous les niveaux.

En point de mire, un engagement quotidien pour la prévention des violences, la libération de la parole et l’accompagnement des victimes ainsi que la mise en place d’un cadre sécurisant pour assurer les conditions d’une résilience de qualité et d’une pratique sécurisante et sécurisée.

Pour rappel, trois objectifs sont poursuivis : 
• La prévention des violences sexuelles  
• Le recueil de la parole des victimes et des alertes  
• L’accompagnement des victimes 

Une convention avait été signée dès le 30 mars 2019 avec l’association Colosse aux pieds d’argile (CAPA).

 

En matière de prévention :

La Fédération organise avec ou sans CAPA des séances de sensibilisations aux violences sexuelles. Parallèlement, les ligues, comités départementaux et clubs sont informés dès qu’une conférence publique est organisée par CAPA sur leur territoire. Nous dénombrons au total près de 1000 personnes touchées par ces dispositifs. 

Un module relatif aux violences sexuelles a été intégré aux formations fédérales et professionnelles dès la promotion 2019-2020. A ce jour, 165 stagiaires sont en formations et ont reçus les enseignements de ce module qui rappelle ce que sont les faits de violence sexuelle et les peines encourues. Il enseigne la manière de prendre en charge et de soutenir les victimes, mais aussi les profils des prédateurs. Il explique aux encadrants comment prévenir les agressions sexuelles, quelles consignes, et comment aborder les signalements ou les témoignages.  Des cas pratiques y sont présentés.

A la suite de la démission de Nicolas Belloir, nous avons fait évoluer les dispositifs en place.

Ludivine Malle, membre de l’équipe de France en Roller Artistique et elle-même victime, a accepté de rejoindre la cellule en charge des questions de violences sexuelles au sein de la Fédération et d’apporter son vécu et son expérience, ce qui nourrit tous les acteurs de la cellule.

 

En matière de recueil de la parole des victimes et d’accompagnement :

Le numéro téléphonique d’alerte interne est supprimé et remplacé par un formulaire et une adresse e-mail dédiée externalisée et gérée par le groupe Egae dirigé par Caroline de Haas, qui assurera aussi la formation des équipes salariées de la fédération, et l’élaboration d’une procédure interne de traitement des violences sexistes et sexuelles.

Le groupe Egae est une structure experte de la prévention des violences sexistes et sexuelles. Elle est formée à l’accueil des victimes ou témoins de violence et au respect de la confidentialité. Le signalement est confidentiel. Les éléments peuvent être transmis à la Fédération avec l’accord de la personne, de manière anonyme si souhaité. En cas de violences sexuelles sur mineur.e.s, la confidentialité est levée de manière systématique comme le prévoit la loi.

Chaque cas remontant à la Fédération, à Colosse aux pieds d’Argile ou à Egae fait l’objet d’une transmission au procureur de la République, à la DDCS, à la DRDJSCS, au Ministère. La Fédération peut prendre des mesures conservatoires à l’encontre de licenciés, et la commission de discipline peut être mobilisée pour traiter les cas disciplinaires, déterminer des sanctions allant jusqu’à la radiation. Nous prévoyons de faire intervenir le Groupe Egae en soutien de la cellule en charge des violences sexuelles, pour l’évaluation de la gravité des cas et leur qualification d’un point de vue juridique, l’accompagnement pouvant aller jusqu’à mener des instructions.

La Fédération a également identifié, par décision du Conseil d’Administration du 19 octobre 2019, une enveloppe budgétaire pour aider financièrement les victimes à bénéficier d’une prise en charge thérapeutique. Aux victimes qui ne souhaiteraient pas être accompagnées par Egae, nous savons que nous pouvons proposer des contacts de thérapeutes et de juristes de l’association Stop aux Violences sexuelles. 

 

En matière de suivi et de remontée d’information :

Nous avons organisé une Assemblée Générale intermédiaire le 8 juillet 2020 (en visioconférence), pour faire approuver des modifications statutaires donnant plus de moyens à la fédération dans la lutte contre les violences sexuelles. Nous demandons aux acteurs (élus, licenciés, clubs, ligues, comités) de faire remonter systématiquement à la Fédération ou au groupe Egae les signalements dont ils disposent, sous peine de commission de discipline.  

La Fédération a décidé dans le même mouvement de se porter partie civile dans les affaires de violences sexuelles et sexistes.

Nous avons mis en place un contrôle d’honorabilité systématique pour les encadrants des clubs et ligues fédéraux. 

Une campagne d’affichage dans les clubs est prévue à la rentrée, avec la réalisation de 3 affiches pour communiquer largement, autour des 3 thèmes GRANDIR (Conseils de vigilance pour se protéger des violences sexuelles), PREVENIR les violences sexuelles, REAGIR contre les violences sexuelles. Enfin, une charte de bonne conduite sera également diffusée aux pratiquants à la rentrée.

Enfin, lors de cette séquence, nous avons proposé de remplacer, dans les statuts, la notion de “sexe” par celle de “genre”. La mission juridique de la direction des sports nous a accompagné de manière à qualifier juridiquement la validité de cette modification. La mission a répondu qu’une telle modification nécessite d’abord une modification du Code du Sport et nous avons laissé nos textes en l’état.

 

Le Parisien – Violences sexuelles : à la fédération de roller, on aide financièrement les victimes (Article paru le 29/07/20)