Attendus après un an et demi sans compétition internationale, nos français ont répondu présents aux championnats d’Europe 2021 à Canelas (Portugal). L’ensemble du groupe avait à cœur de montrer son état de forme et faire briller au mieux les couleurs bleu, blanc, rouge. 

 

Un championnat piste réussi, la France première au nombre de médailles mais derrière l’Italie au classement des nations :

Lors de son bilan, Gwendal Le Pivert l’a annoncé : « on a les crocs et on a une sensation d’inachevé lorsque l’on ramène l’argent ». On a senti que l’équipe de France, sous l’impulsion de son capitaine, Nolan Beddiaf, cherchait à prendre la première place des nations au classement continental. Les distances de sprint et du 1000m ont été plus bénéfiques au français que les courses de fond en ramenant 18 médailles sur les 36 récoltées par le collectif.

Côté senior, Mathilde Perdronno et Gwendal Le Pivert signent 3 titres et une médaille d’argent à eux deux. Les relais, épreuve de prédilection pour nos français, permettent de collecter 5 médailles : 3 titres et 2 médailles d’argent. Côté fond, les spécialistes des longues distances ont prouvé qu’ils étaient au rendez-vous en ramenant 2 médailles d’argent (Marine Lefeuvre, Marie Dupuy) et 2 médailles de bronze (Alison Bernardi et Martin Férié).

 

Marie Dupuy, championne d’Europe du 1000m et du 15km à élimination sur route : « Je suis super contente de mes résultats, j’espérais des médailles mais pas autant. Quand j’ai gagné mon premier titre j’étais super émue parce que c’est le fruit de mon travail qui est récompensé et c’est juste super satisfaisant ! Quand j’ai commis mon erreur sur le relai c’était un chamboulement total et j’ai eu du mal à me remettre de ça mais finalement pour l’élimination j’ai réussi à me remettre dedans et avec le travail des coéquipières avoir ce second titre c’était énorme ! Je suis super contente du travail des coéquipières, contente que tout le travail qu’on a amorcé depuis 2 ans ait des résultats et que les nouvelles seniors aient trouvé leur place dans l’équipe. Et plus globalement pour l’équipe ça s’est bien passé, les petits jeunes se sont bien intégrés, ont posé des questions, il y avait une bonne ambiance ! »

 

Un championnat route ramenant 23 médailles, 10 pour les sprinteurs et 13 pour les fondeurs, sacre les seniors femmes sur la plus haute marche européenne

Sur les 4 formats de courses différents (tournoi du 100m et du tour, course à élimination et course à points), l’équipe de France récolte les 4 titres dans la catégorie reine féminine. Mathilde Pedronno assume son statut d’athlète mondial en remportant les deux tournois de sprint. Ses coéquipières, Marine Lefeuvre et Marie Dupuy confirment leur état de forme en remportant chacune une course de fond.

 

Côté masculin, les ténors tricolores n’ont pas démérité en mettant tout en œuvre pour ramener un maximum de médailles. Malheureusement la densité du niveau européen ne leur a pas permis d’atteindre leur objectif. Le collectif masculin réunit une médaille d’argent  sur le tournoi du tour avec Yvan Sivilier et une médaille de bronze sur la course à points avec Nolan Beddiaf.

 

Nolan Beddiaf, médaillé de bronze du 10km à points et champion d’Europe du marathon : « A titre perso une mise en route compliquée car j’avais de mauvaises sensations sur piste, mais une fois la route arrivée c’est aller de mieux en mieux ! Je n’ai jamais vu une équipe de France aussi soudée, un collectif hors norme et des performances et podiums dans toutes les catégories, ça doit être un des meilleurs bilans depuis longtemps ! Le collectif a été mis en avant et ça a rendu plus fort ce groupe ! Ce championnat, le premier pour certains, restera un sacré souvenir !!! Merci à l’équipe ! »

 

 

 

 

 

Le marathon concrétise une semaine dorée

Le déroulé des courses de la semaine laissait présager un beau bouquet final pour la dernière course du championnat. L’équipe de France nous a régalé lors des marathons. Chez les femmes, les seniors ont animé à plusieurs occasions la course en tentant des échappées mais aucune ne s’est conclue. C’est à l’occasion du sprint final que Marine Lefeuvre a réussi à s’imposer devant deux athlètes allemandes et Julia Nizan, première junior.  

 

Côté masculin, les juniors ont fait preuve de résilience afin que les seniors puissent rester les plus frais possible pour le finish. Auteur de plusieurs tentatives d’attaques ou de chasse, ils ont permis de placer le groupe des seniors dans les meilleures dispositions pour jouer le sprint final pour le grand bonheur de notre capitaine Nolan Beddiaf qui a pu faire exploser sa joie en remportant la course.

 

Thomas Boucher, Responsable Technique Course : « De mon côté, le bilan est très positif avec une deuxième place au classement des nations (nous étions 4èmes lors du dernier championnats en 2019). Nous avons moins de médailles d’or que les Italiens mais nous avons ramené plus de médailles ce qui n’était jamais arrivé et qui démontre l’état de forme de l’équipe de France grâce aux dispositif mise en place durant la crise sanitaire. Physiquement et techniquement, le groupe est bien positionné mais il manque un peu de stratégie, de tactique et de mental pour éviter à l’avenir de laisser échapper la médaille d’or.

Ce sont ces petits détails qui ont manqué pour faire douter l’Italie. Le sens du collectif, qui est mon axe de travail majeur, la solidarité et les échanges ont permis d’appréhender toutes les émotions de ce championnat et d’avancer ensemble. Maintenant je vais essayer, avec le staff, que ce travail collectif perdure pour les années à venir. Place maintenant au repos car le championnat d’Europe, dans la continuité du championnat de France, a été éprouvant. On attend des nouvelles de la prochaine échéance, le championnat du monde, et nous allons préparer au mieux le collectif en visant un maximum de résultats. »

 

” Cette performance collective n’est pas le fruit uniquement de la quarantaine de sportifs et encadrants présents au Portugal. C’est bien le fruit du travail de centaines et milliers de bénévoles dirigeants, entraîneurs… qui œuvrent quotidiennement depuis des années pour permettre à certains de leurs jeunes d’atteindre l’équipe de France. Cette position de seconde nation est le résultat du roller français et pas uniquement des sportifs et entraîneurs présents.

 

Je crois qu’aujourd’hui, en 2021, il faut se décomplexer de notre adversaire italien qui truste cette place de numéro 1 depuis toujours. Je pense que, collectivement, à tous les étages, depuis le club jusqu’à l’Equipe de France, en passant par les sélections régionales…, nous devons nourrir collectivement cette ambition de devenir nation numéro 1 en Europe. Ce doit être un objectif collectif et commun. En tant que sélectionneur de l’Equipe de France, ça sera l’objectif des prochaines années sur la scène européenne.”