Le Haut Niveau

Extrait du site du Ministère des sports :

Le sport de haut niveau représente l’excellence sportive. Il est reconnu par différents textes législatifs et réglementaires et par la charte du sport de haut niveau qui consacrent l’exemplarité du sportif de haut niveau.

Le sport de haut niveau repose sur des critères bien établis qui sont :

  • La reconnaissance du caractère de haut niveau des disciplines sportives
  • Les projets de performance fédéraux
  • Les compétitions de référence
  • La liste des sportifs de haut niveau

Reconnaissance Haut niveau

Les disciplines de la Fédération Française de Roller et Skateboard reconnues de haut niveau sont :

  • La Course
  • Le Roller Hockey
  • Le Inline Freestyle, discipline vitesse
  • Le Roller Freestyle, discipline park

La discipline de la Fédération Française de Roller et Skateboard olympique :

  • Le Skateboard

Les sportifs de Haut Niveau

En 2022, 80 sportifs de haut niveau sur les 194 sportifs listés (en ajoutant Espoirs et Collectifs Nationaux)

Liste des Sportifs de Haut Niveau, Espoirs et collectif national 

Les structures haut niveau de la FFRS

Le Haut Niveau est bien entendu un des objectifs principaux de la Fédération Française Roller et Skateboard. La mise en place de structures nationales d’Entraînement, appelées pôles, est un des moyens pour l’athlète d’atteindre le Haut Niveau et également  pour mener à bien son double projet : projet scolaire et projet universitaire ou professionnel.

4 pôles existent au sein de la FFRS :

  • 2 pôles Espoirs : Dijon et Saint-Brieuc. Pôles facilitant l’accès au Haut-niveau, réservés essentiellement pour les juniors B et A (U17 et U19).
  • 2 pôles France : Talence et Nantes. Pôles visant l’excellence, réservés prioritairement aux seniors.

2 centres régionaux existent au sein de la FFRS :

  • 1 centre permanent d’entraînement à Voiron > plus d’informations en cliquant ICI
  • 1 centre régional d’entraînement à Nantes

Disciplines concernées :

  • Le pôle Espoir de Saint Brieuc concerne la discipline : Course
  • Le pôle Espoir de Dijon possède deux sections : Course
  • Les deux pôles France concernent la Course
  • Centre permanent d’entraînement de Voiron : Roller Hockey > plus d’informations en cliquant ICI
  • Centre régional d’entraînement à Nantes : Course

Encadrement :

Chaque pôle compte une dizaine d’athlètes. Des cadres d’Etat, membres de la DTN, encadrent les pôles France. Les pôles Espoirs sont encadrés par des entraîneurs régionaux tous titulaires d’un BEES second degré.

Les centres régionaux sont encadrés par des entraîneurs régionaux qui peuvent être, parfois, épaulés par des cadres de la DTN.

Recrutement :

2 possibilités :

  • Recrutement par les entraîneurs nationaux.
  • Candidature spontanée 

La surveillance médicale réglementaire des sportifs de haut niveau et des sportifs inscrits dans le programme de performance fédéral

a) nature des examens médicaux préalables à l’inscription sur la liste des sportifs de haut niveau ou sur la liste des sportifs Espoirs

Pour être inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau ou sur la liste des sportifs Espoirs, prévues aux articles L.221-2, R221-3 et R221-11 du code du sport, les sportifs doivent effectuer les examens suivants:

  1. Un examen médical réalisé, selon les recommandations de la société française de médecine du sport et des autres sociétés savantes concernées, par un médecin diplômé en médecine du sport; (fiche jointe en annexe du règlement)
  2. Une recherche par bandelette urinaire de protéinurie, glycosurie, hématurie, nitrites;
  3. Un électrocardiogramme standardisé de repos avec compte rendu médical;
  4. Une échocardiographie trans-thoracique de repos avec compte rendu médical ;

  Ces examens doivent être réalisés dans les deux mois qui suivent la première inscription sur la liste des sportifs de haut niveau et annuellement pour les inscriptions suivantes.

b) nature et périodicité des examens de la surveillance médicale, communs à toutes les disciplines, pour les sportifs inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau ou dans le projet de performance fédéral

Le contenu des examens permettant la surveillance médicale des sportifs visés à l’article L. 231-7 du code du sport comprend :

Lors de l’Entrée en liste

  • Une échocardiographie Trans-thoracique de repos avec compte rendu médical

Un examen médical réalisé par un médecin diplômé en médecine du sport comprenant :

  1. un examen clinique avec interrogatoire et examen physique selon les recommandations de la société française de médecine de l’exercice et du sport

– un bilan diététique et des conseils nutritionnels

– une recherche par bandelette urinaire de protéinurie, glycosurie, hématurie, nitrites

– la recherche indirecte d’un état de surentraînement via un questionnaire élaboré selon les recommandations de la société française de médecine de l’exercice et du sport ;

– un bilan psychologique visant à dépister des difficultés psychopathologiques pouvant être liées à la pratique sportive intensive ;

– la recherche indirecte d’un état de surentraînement via un questionnaire élaboré selon les recommandations de la société française de médecine de l’exercice et du sport.

– Un examen biologique

– numération-formule sanguine

– réticulocytes

– ferritine

  1. b) Un examen électro cardiographique standardisé de repos avec compte rendu médical.

A la demande du médecin du sport effectuant cet examen annuel et sous sa responsabilité, les bilans psychologique et diététique pourront être effectués par un psychologue clinicien ou un diététicien.

La lutte contre le dopage

D’après l’article L. 232-9 de la loi n°2006 405 du 5 avril 2006 codifiée dans le livre II (titre III) du code du sport, le dopage correspond à :

« L’utilisation de substances ou de procédés de nature à modifier artificiellement les capacités d’un sportif ou à masquer l’emploi de substances ou procédés ayant cette propriété ».

Trois secteurs d’intervention sont concernés :

  • La prévention
  • La lutte contre le dopage
  • La prise en charge des sportifs

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la rubrique : Prévention et lutte contre le dopage

Le rôle de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage et des fédérations

La lutte contre le dopage est menée par l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD), qui définit un programme national annuel des contrôles et diligente les contrôles sur les compétitions sportives et les entraînements. Elle participe également aux actions de prévention, d’éducation et de recherche.

Au niveau régional, un correspondant régional est désigné au sein de chaque DRJSCS. Interlocuteur privilégié de l’AFLD, le correspondant régional est notamment chargé d’appuyer la mise en place de contrôles diligentés par le directeur du département des contrôles et de décliner en région la stratégie nationale de contrôle définie par le collège de l’Agence, dans le respect d’un volume d’activité annexé à chaque convention. Ces contrôles sont effectués en partenariat avec le Médecin de la Lutte Anti-Dopage (MLAD).

 

Les fédérations exercent quant à elles :

  • Le pouvoir disciplinaire : sanctions à l’encontre des sportifs
  • La prise en charge des sportifs : mission de surveillance médicale vis-à-vis des sportifs

Les antennes médicales de prévention du dopage

Les antennes médicales de prévention du dopage sont implantées dans les établissements publics de santé et il en existe au moins une par région.

Elles répondent à  4 missions essentielles :

  • Le soin aux sportifs ayant eu recours à des pratiques dopantes
  • Le conseil aux sportifs comme à leur entourage ou aux fédérations
  • La recherche
  • Le recueil de données épidémiologiques et la veille sanitaire

Ces structures ont pour rôle de garantir une consultation anonyme et gratuite et de proposer si nécessaire une prise en charge médicale du sportif.

Les contrôles anti-dopage

Tout sportif (qu’il soit licencié ou non) participant à une compétition nationale, régionale ou départementale, organisée ou autorisée par une fédération, ou à un entraînement préparant à une compétition, peut être contrôlé. Ces contrôles sont organisés par l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD), directement ou par l’intermédiaire de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale, éventuellement à la demande d’une fédération sportive.

Le contrôle consiste à rechercher, dans l’urine ou dans la sang du sportif, la présence de produits figurant sur la liste des substances interdites fixées par le décret no 2011-1947 du 23 décembre 2011 adopté le 7 novembre 2011 à Strasbourg, et à l’annexe 1 de la convention internationale contre le dopage dans le sport, adoptée le 14 novembre 2011 à Paris.

Le contrôle doit s’effectuer dans un endroit spécialement aménagé à cet effet. Les organisateurs doivent prévoir des boissons individuelles scellées pour favoriser la rapidité des prélèvements. Le matériel de prélèvement est fourni, scellé, par le préleveur.

Sur le fondement des règlements des fédérations ou selon l’ordre de mission, le sportif contrôlé est choisi par le préleveur, qui détermine lui-même ce choix en s’aidant au besoin du tirage au sort ou des résultats d’une compétition. Le préleveur ou la personne qu’il désigne pour procéder au prélèvement remet personnellement au sportif une notification individuelle à contre­signer. Le sportif doit se présenter à la salle de contrôle (muni d’une pièce d’identité ; seul ou accompagné d’un membre de son entourage). En cas de refus ou d’abstention, le sportif peut être sanctionné de la même façon que s’il était convaincu de dopage.

Afin de prévenir toute tentative de tricherie, la procédure de recueil d’urine se déroule tou­jours sous l’œil du préleveur. L’urine recueillie est répartie dans deux flacons scellés et codés.

Un contrôle antidopage peut comprendre un entretien médical avec le sportif. La prise de médicaments, comme le bénéfice d’une AUT (Autorisations d’usage à des fins thérapeutiques) ou d’une déclaration d’usage lorsque la procédure de délivrance sera entrée en application, doit être mentionnée dans le procès-verbal du contrôle.

Un procès-verbal récapitulatif est rédigé par le préleveur en plusieurs exemplaires. Il comprend les numéros de code des flacons ainsi que tous les renseignements fournis par le sportif. Ce dernier doit relire le procès-verbal avant de le signer. Le préleveur en fait de même. A l’issue du prélèvement, le sportif repart avec un exemplaire du procès-verbal.

Les échantillons sont transmis au département des analyses de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage. La recherche des substances interdites se fait sur le flacon A, le flacon B étant stocké en vue d’une éventuelle contre-expertise. Les résultats sont envoyés confidentiellement au président de la fédération concernée, qui doit en informer le sportif licencié.

Liens vers la liste des interdictions

https://www.wada-ama.org/fr/nos-activites/liste-des-interdictions

http://www.sports.gouv.fr/prevention/dopage/