Victor Francisco est le directeur de l’association PMG (PariMultiGlisse). Il fait partie des riders qui ont su passer de la pratique à une véritable activité professionnelle.

A 36 ans, Victor est moniteur de roller (D.E roller skating) mais également représentant roller Freestyle au sein de la FFRS. Il évolue à Paris et en Ile de France. Au fil des années, il est également devenu formateur examinateur pour le BIF, le BEF et le CQP. Il est également conseiller en espaces de glisse et créateur d’événement. Bref, un CV bien rempli !

Bonjour Victor, quel est ton statut professionnel ?

Je suis auto-entrepreneur à raison de 30H par semaine, mais aussi vacataire 5 heures par semaine et enfin, j’ai également un CDI de 3 heures/semaine. Ce qui me fait un total de 38 heures rémunérées par semaine. Je suis employé par l’association asesca. Cependant, mon principal employeur est l’association PMG.

Comment as-tu trouvé tes clients ?

Grâce aux contacts entre moniteurs mais aussi au référencement des clubs sur le site de la FFRS, et aussi grâce à la ligue.

Le roller est donc ton activité principale ?

Oui, grâce à PMG, en tant que directeur.

Quelles sont les tâches qui te sont confiées ?

Je participe à la création de stage et d’événements pour l’association PariMultiglisse. Je m’occupe aussi de la gestion du club et de la mise en place des conventions.

Comment l’association finance-t-elle ton poste ?

On ne demande aucune subvention publique, c’est un choix… mais je pense que nous allons entrer en convention avec la ville cette année car nous travaillons sur plusieurs projets récurrents. Les cours s’autofinancent avec les cotisations, cela paye les moniteurs et les fêtes. Mon poste est uniquement financé par les événements et la convention : journées roller, contests, inauguration de skateparks, location de modules, convention avec les écoles, mairie et association, mise a disposition d’un moniteur, surveillance d’espace de glisse par un moniteur, fêtes des mairies, démos pour des entreprises ou boite de productions…

Qu’est-ce qui te plait le plus dans ce métier ?

D’abord mon autonomie dans mon travail, mais aussi d’œuvrer pour la reconnaissance du freestyle. J’aime aussi l’enseignement.

Comment envisages-tu ton avenir professionnel ?

A terme, je vois un contrat en CDI à mi-temps dans ma structure grâce au travail fourni en amont… Puis, un autre mi-temps pour mener à bien mes projets personnels.

Quelles ont été les principales difficultés que tu as rencontrées pour travailler dans le roller ?

logo_pmgBeaucoup de choses !

  • La principale reste le taux horaire (la rémunération à l’heure). Il ne prend pas en compte l’investissement pour faire perdurer l’activité, les temps de déplacements et préparation des programmes, ni les frais !
  • le type de contrat
  • la précarité du statut
  • la gestion du planning moniteur, chef de projet (il faut savoir se dégager du temps pour créer des projets et prospecter )
  • la fragilité du bureau (président trésorier secrétaire) qui emploie un moniteur
  • le manque de visibilité des offres d’emploi et des moniteurs (mauvais relais de la Fédération et organes déconcentrés de la Fédération)

Comment les as-tu surmontées ?

Il faut de la motivation mais aussi savoir s’entourer, être un bon commercial, sensibiliser les structures qui vous emploient afin qu’elles fassent la différence entre un animateur et un prof de roller.

Que conseillerais-tu à une personne qui souhaite se professionnaliser dans le monde du roller ?

Pour un enseignent roller :

  1. prendre tous les contrats qu’on vous propose la 1ère et la 2ème année
  2. avoir un binôme pour les remplacements et absences, cela permet de maintenir l’activité et de connaitre tout les autres moniteurs du secteur
  3. s’impliquer dans toutes les structures fédérales proche de ses activités
  4. faire le tri entre les déplacements et le temps d’activité durant la 3ème année. Vous verrez que vous devrez augmenter votre taux horaire : 20€ de l’heure sur contrat, 30 à 50€ (selon le temps d’activité ) en auto entrepreneur.

Dans événementiel ou autre projet en lien au roller :

  1. donner pour recevoir
  2. développer la communication et la visibilité de son activité
  3. s’investir dans des projets pour apprendre et développer les siens
  4. travailler ses relations publiques, associatives et professionnelles
  5. travailler à la tâche et non pas à l’heure pour son activité ou son association

Tribune libre : si tu souhaites ajouter quelque chose qui te tient à cœur…

  • Il savoir faut être ambitieux et entreprendre pour voir son activité se développer mais surtout avoir une motivation à toute épreuve car il y aura beaucoup de moments difficiles.
  • Vous devez transpirer la motivation auprès de tout votre entourage et réseau pro, cela paye ! Les gens aiment les certitudes, la volonté et la bonne humeur. Pas l’inverse.
  • Soyez un ambassadeur de votre pratique et fier de ce choix de vie.
  • Apprenez à être multitâche et donnez sans compter.
  • Il faut aussi savoir adapter sa tenue et son vocabulaire selon vos interlocuteurs.
  • Professionnalisme,mental et curiosité son vos meilleurs atout si vous voulez évoluer…

Merci Victor pour tes réponses !

Liens utiles

Site de l’association PMG