Le club des Fous Rollant de Villetelle a réussi à trouver des créneaux dans une Halle de Sports intercommunale de Lunel mais aussi sur la piste d’athlétisme en enrobé du Lycée Victor Hugo. Voici les démarches réalisées par Nathalie Planelles, présidente de l’association…

Bonjour Nathalie, peux-tu nous décrire ces deux équipements ?

La salle possède un revêtement un peu compliqué pour la pratique du roller qui s’avère très bien pour du travail de technique (départs, virages… ) et pour la préparation physique.  Nous avons 3 créneaux de 1h30 par semaine.

La piste en enrobé est un plateau sportif de 180 m dans l’enceinte du lycée Victor Hugo de Lunel. Le revêtement est abrasif mais elle offre de bonnes conditions de pratique.

En quoi ces équipements étaient-ils nécessaire pour ton club ?

Il était nécessaire d’avoir des infrastructures appropriées pour voir évoluer nos patineurs à un niveau national voire international et pour offrir aux adhérents la possibilité d’avoir des entraînements quotidiens.  La salle nous a permis dans un premier temps de pouvoir passer l’hiver, car nous n’avions pas de lumière sur notre piste au début en 2008.

Comment as-tu fait pour obtenir ces créneaux ?

Pour la salle : dans un premier temps je me suis mise en relation avec la Communauté de Communes de Lunel, la salle leur appartient. Ils voulaient attribuer des créneaux à des associations unique dans le canton, c’était le cas. J’ai dû assister à de nombreuses réunions et il a fallu que l’on fasse des essais sur le terrain pour leur montrer que le roller n’endommagerait pas les sols.  Nous avons donc passer une convention renouvelée tous les ans. Nous sommes 5 associations à nous partager les créneaux. Il a fallu bien sûr que l’on mettre en avant nos résultats au haut niveau avec Raphael Planelles et Anta-camille Diongue.


stage_roller_lunel_mars_2013_02Pour la piste :
à la construction du Lycée, je me suis mise en contact et j’ai pris des rendez-vous avec le proviseur. Par chance, je suis tombé sur un proviseur très sportif. Etant BEES 1er degré Course. et Raphael ayant déjà un beau palmarès, il a été partant de suite à nous faire confiance. Il a fallu qu il en parle au CA du lycée. J’avais aussi dans le CA du lycée des parents d’élèves que je connaissais bien et qui ont appuyé mon projet. Seuls les Professeurs d’EPS étaient contre ! Il a fallu encore faire des essais pour leur montrer que l’on n’endommagerait pas les marquages au sol. Dans un 2e temps il a fallu aussi après l’accord du CA que la Région Languedoc Roussillon soit aussi d’accord. ça a été le cas, nous avons donc passé une convention entre le Lycée, la Région et le Club. Depuis 3 ans, nous avons la lumière sur la piste, j’ai juste à donner mes horaires au responsable d’Atelier du Lycée pour qu il les programme. Nous utilisons moins la salle de ce fait.

Quel a été l’impact de ces équipements sur le nombre de licenciés dans ton club ?

Avec cette piste nous avons vu arriver avec plaisir de nombreux patineurs course  de la Région. Ce nous a permis de mettre en place des entraînements en commun ainsi que des stages réguliers.

Comment faisiez-vous avant d’avoir ces équipements ?

Nous utilisions un petit parking ou les voies vertes. C’était précaire et dangereux. Je ne me voyais pas continuer comme ça des années.

Que conseillerais-tu à un club qui veut obtenir un accès à ce genre d’équipement ?

Je conseille de ne pas hésiter à taper à toutes les portes. Il faut s’armer de patience car il m’a fallu 6 ans pour obtenir de telles structures et ce voir progresser mes patineurs. L’internat du lycée a permis de voir arriver des patineurs esseulés des régions voisines. Ils sont venus faire leurs études au lycée et ils ont eu tout à disposition sur place.