L’équipe de France de roller hockey a obtenu sa qualification pour les demi-finales des championnats du monde après sa nette victoire contre l’Italie.

La France en demi-finale !

Elle venge par la même l’affront subi lors du mondial à Toulouse. Les Bleus rencontreront le gagnant d’Argentine/USA à 18h40 (23h40 heure française).

Ostre libère la pression

On sent lors de l’échauffement que ce n’est pas une rencontre comme les autres. Bien plus qu’un quart de finale, c’est une revanche que les tricolores veulent prendre sur ce qui est le plus gros échec de ces dernières années, l’élimination à Toulouse 1 à 0 contre cette même équipe Italienne. L’objectif en ce début de match est clair, les tricolores font tourner le palet à outrance, développant le collectif pour trouver la faille et bouger les lignes adverses.

Karl Gabillet va en prison pour une obstruction, mais le capitaine Ladonne vient provoquer une pénalité adverse qui met les équipes à 3 contre 3. Les frappes se succèdent et la France fait le choix de tirer au sol. La double tentative de Rage est hors cadre, les Bleus se montrent de plus en plus présents, avant de pouvoir bénéficier enfin d’un avantage numérique.

L’équipe de France confisque le palet, mais ne parvient pas à trouver la faille sur l’excellent gardien Antinori, tandis que Jérôme Salley de l’autre côté du terrain s’occupe de stopper les rares attaques adverses. La pression tricolore est de plus en plus forte, mais Masson et Crignier se montrent inefficaces dans le dernier geste face à des Italiens complètement perdus. C’est finalement Ostre après 18 minutes de jeu qui trouve le fond des filets, grâce notamment au très bon travail devant la cage de Jérémy Laprésa. La mi-temps intervient juste après ce but libérateur qui a le double effet de donner l’avantage à la France et de libérer la pression engendrée par l’échec de l’an passé.

Renaud Crignier en leader

Le chrono a à peine le temps de redémarrer que Romain Masson est bêtement pénalisé.  Grâce à Jérôme Salley l’équipe tient bon et c’est quelques actions plus tard que le duo Fontanille/Couraud part en trombe pour jouer le contre, Julien Couraud se chargeant de nettoyer la lucarne d’un Antinori impuissant. Renaud Crignier part ensuite seul en break mais ne trouve pas la faille. Le match se déroule très vite dans une rencontre avec très peu d’arrêts de jeu. A 10 minutes du terme la France profite d’un jeu à 5 pour balader les Italiens. Masson manque la déviation devant la cage, mais permet sur le cinglage pris dans la foulée de jouer à 4 contre 2. Renaud Crignier en leader conclut la passe d’Antoine Rage  pour le 3 à 0.

Il reste 5 minutes, John Ostre va faire un tour en prison, la cage de Salley résonne d’une énorme frappe Italienne, mais le compteur des buts ne bouge pas. En sortant son gardien l’Italie parvient à maintenir le suspense jusqu’au bout grâce à un but hasardeux. Mais Renaud Crignier envoi définitivement la France en demi-finale sur un lancer en cage vide. La France s’impose avec brio 4-1 et retrouve le dernier carré, auquel elle n’avait pas participé depuis 2010. La France à de nombreu

Interview de Jérôme Salley (gardien de but)

« Elle est belle cette rencontre (rires), elle est sympa, je pense que  voir jouer l’équipe de France de cette année c’est  plaisant, moi d’en faire partie c’est juste magnifique, juste parfait, on ne peut que se surpasser à chaque match. Il y a un tel collectif cette année que ça donne envie, les Italiens putain on  les a détruits, ça faisait un petit moment qu’il fallait les détruire. On a fait la partie qu’il fallait pour passer en demi, et maintenant on voit l’étape d’après»