CREATIVITE – CULTURE – EQUILIBRE

 

2.163 licenciés

Les racines du skateboard

Une forme primitive de planche à roulettes aurait vu le jour à la fin des années 30. Quelques marques de l’époque se seraient emparées de l’idée dans les années 50 aux Etats-Unis pour produire des skates à grand échelle. La légende veut que les skateurs californiens en manque de vague aient créé le skate pour continuer à surfer sur l’asphalte. L’invention des roues en polyuréthane dans les années a fait décoller la pratique.

La culture alternative du skate fascine le public depuis plus de 40 ans. Il est synonyme de liberté, d’esprit rebelle, de mouvance underground, de sensations, de glisse, il porte des valeurs écologiques.

Le renouveau du skate moderne

photo_skateboard_bowlCes dernières années, l’essor du longskate a remis la pratique sur le devant de la scène. La pratique féminine s’est largement développée, comme mode de déplacement urbain mais aussi au plan sportif. Pour preuve : la publicité pour une grande marque de téléphonie mettant en scène une bande de copine pratiquant la descente dans les Pyrénées.

Le skateboard propose désormais une multitude de pratiques et de matériels : au delà de la short board (planche courte) présente dans tous les esprits, le skateboard propose aujourd’hui une grande variété de styles de pratique avec le longboard (pour la balade et la descente), la miniboard, la bladeboard (roues en ligne), la freeboard, le fingerboard (avec les doigts ! ), la mountainboard (tout-terrain), la waveboard (2 roues sur pivot)…

La pratique compétitive

Au delà de la pratique urbaine, le skateboard s’est structuré au fil des années pour proposer un circuit de compétitions. En 1965, se tient le premier championnat de France. Les années 70 voient la pratique s’envoler grâce à l’invention des roues en polyuréthane et l’apparition des premiers skateparks. En France, la discipline est reconnue comme sport par le Ministère en 1974.

En 1996, le skateboard intègre la Fédération Française de Roller Skating, un tournant dans l’organisation et la structuration de la discipline sur le territoire national.

Les spécialités

  • Le street

L’origine du développement de la discipline skateboard, le street signifie « la rue », lieu où le skateur utilise sa planche comme moyen de déplacement,
Le street se pratique sur des lieux appelés « spots» où la surface de roulement est agréable et dont la configuration permet de réaliser des « tricks ».
Aujourd’hui sur les « skateparks » proposent des combinaisons de modules qui recréent le mobilier urbain et permettent une pratique en toute sécurité.

  • La rampe

Discipline très spectaculaire, la rampe est une infrastructure en forme de « U » sur laquelle les pratiquants effectuent des allers-retours en réalisant des figures.
Plus la rampe et large et haute, plus les skateurs peuvent effectuer des envolées allant parfois jusqu’à 5 à 6 mètres de haut.

  • Le « Bowl » ou « Pool »

Précurseurs de l’évolution du skateboard, les riders de « bowl » ou « pool » pratiquaient à l’époque dans des piscines vides, à fond rond. Aujourd’hui, de nombreuses infrastructures avec des formes plus originales permettent aux adeptes de retrouver les sensations d’antan.

L’utilisation des protections est conseillée pour les différentes disciplines et notamment chez les jeunes qui débutent. En club, le port du casque est obligatoire. Pour pratiquer la rampe, les genouillères, coudières et casque sont obligatoires et indispensables pour glisser en cas de chute à grande vitesse.

Où débuter ?

photo_skateboard_streetLe skateboard se développe au sein de clubs qui proposent des encadrements par des moniteurs qualifiés et passionnés. Sur des espaces de qualité et adaptés au niveau de chacun, la progression se fait en toute sécurité. Le port des protections comme le casque, les genouillères et les coudières, facilite un apprentissage sans risque.
A l’écoute de vos attentes, les clubs affiliés à la FFRS répondront à tous vos besoins, selon votre niveau et votre âge.

Trouvez le club le plus proche de chez vous 

 

La filière d’encadrement

Au delà de quelques riders pros, l’intégration du skateboard au sein de la FFRS a permis la création d’une vraie filière d’encadrement et de professionnalisation, permettant aux skateboardeurs de se former pour encadrer les débutants et de vivre de leur passion.

  • Le Brevet d’Initiateur Fédéral valide la compétence du moniteur à encadrer les débutants.
  • Le Brevet d’Entraineur Fédéral permet d’entraîner bénévolement des sportifs
  • Le CQP, initié en septembre 2012, ouvre les portes de la professionnalisation et permet d’enseigner le skateboard contre rémunération à concurrence de 360 heures par an.
  • Le DEJEPS et le DESJEPS permettent d’exercer à temps plein contre rémunération.

L’ensemble de ces formations connaît un grand succès ces dernières années parmi les skaters qui y voient une solution pour créer leur propre activité.

L’Equipe de France – Collectif Jeune

photo_skateboardAprès de nombreuses années de suprématie américaine, les skateurs européens se sont imposés sur le circuit des compétitions internationales.
De nombreux semi-professionnels et professionnels français participent individuellement aux compétitions à travers le monde.
Conscient de l’importance du haut niveau et dans l’objectif d’apporter une aide technique et logistique aux skateurs du meilleur niveau français, la Commission Skateboard favorise le développement d’un collectif Jeune équipe de France dont fait partie de Jospeh Garbaccion (Photo ci-contre – crédit CLG).

Quelques chiffres

  • 2.163 licenciés dont 1848 hommes et 315 femmes en 2016-2017
  • 476 en spécialité descente dont 412 hommes et 64 femmes