Les Krokos Roller font partie des plus gros clubs du Gard (30). Leur président, Jerry Canal, a fait le choix d’une politique volontariste en matière d’emploi aidé…

Bonjour Jerry, merci d’avoir accepté cette interview. nous avons ouï dire que les Krokos employaient plusieurs salariés. Qu’en est-il ?

jerry_canal_nimesOui, en effet, nous avons embauché plusieurs salariés à temps partiel :

  • Alexandre est en CDI à temps partiel 10H/semaine payées grâce à une subvention du Conseil Régional et à la ville de Nîmes pour l’accès au haut niveau en hockey
  • Sylvain est en CDI à mi-temps payé par les subventions des actions sociales (CUCS – VVV- FDE et par des prestations réalisées aux centres de loisirs et centres sociaux et accompagnements éducatifs en primaire et collège – il était à temps plein avec un Plan Sport Emploi qui a pris fin en avril, il est également à mi temps à la Mairie de Nîmes comme ETAPS
  • Quentin est salarié en CDD à temps plein en contrat CAE (subvention de 65% de pôle emploi + actions sociales + revenus des écoles de patinage)
  • Bridget est salariée à temps partiel 5H/semaine payée sur les écoles de patinage
  • A cela il faut ajouter un auto-entrepreneur pour 3H semaine qui nous fait du freestyle au Skate park.
  • + 10 BIF pour : la randonnée – la course adulte – la préparation physique – les écoles de patinage adultes – les écoles de patinage enfants.

A partir de combien d’adhérents et/ou de recettes un club peut-il prendre un salarié selon toi ?

Sans subventions, il faut au moins 150 adhérents pour payer un temps plein (sur la base d’une cotisation à 180€ comme au Kroko). Autant dire qu’il reste peu de marge pour les postes lourds comme la compétition… mais en serrant bien c’est faisable !

La professionnalisation te semble-t-elle indispensable pour développer un club ?

krokos_roller_presentation_small1Oui car cela permet (en théorie) de disposer de quelqu’un de stable dans le temps, ça crédibilise la structure auprès des institutionnels. Le bénévolat a ses limites mais reste cependant indispensable dans tous les cas.

Qu’est-ce qui a fait que les Krokos ont franchi le pas ?

Nous avons réalisé un gros travail qui a permis de demander et d’obtenir des subventions suffisantes pour enclencher la pompe. C’est devenu possible pour plusieurs raisons : d’une part, nous avons eu un très bon élément au début. Alexandre nous a crédibilisé auprès des institutionnels. D’autre part, nous avons mis en place une relation de confiance avec Jeunesse et Sports et les élus de la ville.

Comment comptez-vous les pérenniser ?

Par le maintien du volume actuel d’activité et du niveau de subventions.

Quelles sont les tâches des salariés ?

  • Alexandre est l’entraîneur général chargé de la formation des entraîneurs pros et des BIF du hockey ainsi que de la politique sportive du hockey et du suivi des équipes jeunesse et N3 2)
  • Sylvain est chargé de la coordination des actions socio-sportives, d’une partie des animations socio-sportives et de l’entraînement de l’équipe Poussins hockey.
  • Quentin est chargé des écoles de patinage enfants, de l’entraînement de l’équipe Benjamins hockey, de l’entraînement et du suivi en compétition de la section hockey loisir adultes, des animations socio sportives et de certains accompagnements éducatifs.
  • Bridget est chargée des écoles de patinage enfants et de la section slalom.

Comment distinguer les tâches données aux salariées et aux bénévoles ?

Au Kroko il n’y a pas vraiment de distinction pré-établie, cela s’est fait en fonction des opportunités et des disponibilités des un et des autres.

Quels conseils donnerais-tu à un club qui réfléchit à embaucher ?

Il faut embaucher uniquement un très bon élément – disposer d’un budget confortable (15000€ d’avance à mon sens) et être bien conscient qu’avoir un salarié constitue une charge de travail supplémentaire qu’une ou deux personnes doivent être capables d’assumer.

Un mot à ajouter ? Tribune libre…

Il m’arrive de rêver d’avoir un tout petit club avec seulement une poignée d’adhérents pour faire du sur mesure sans soucis administratifs et financiers ! (rires).