« Les Bleus donneront le meilleur d’eux-mêmes »

Membre de la DTN et présent sur les championnats internationaux en tant qu’entraîneur national depuis de nombreuses années déjà, Arnaud Gicquel nous donne dans cette interview quelques clés pour suivre les patineurs de vitesse de l’équipe de France lors du championnat du monde de Kaohsiung.

Bonjour Arnaud. Comment se passe l’adaptation de l’équipe de France à Kaohsiung ?

Pour le moment, tout se passe bien. Les premiers jours ont été un peu difficiles mais maintenant, tout le monde commence à prendre son rythme. Concernant le temps, il fait assez chaud, mais c’est surtout l’humidité qui est un peu pénible à supporter pour les athlètes. Cependant, les finales se courront le soir : la chaleur devrait donc être supportable.

Quelles sont les particularités de la piste et de l’anneau routier du championnat du monde ?

La piste présente la particularité d’avoir des virages assez étroit et de longues lignes droites. Cela la rend assez physique : il faut bien savoir virer. L’anneau routier comporte assez peu de lignes droites sur une bonne moitié. Cela devrait rendre les dépassements difficiles sur une partie du circuit. Il faudra donc courir plutôt devant.

Quels types d’entrainement proposez-vous aux athlètes en ce moment, à quelques jours du début du tournoi ?

Nous gardons encore quelques exercices imposés. Mais progressivement, nous individualisons les entraînements en fonction des besoins et des sensations de chacun.

Quel est l’état d’esprit des athlètes ?

Il y a quelques petits bobos à gérer comme l’an passé. Mais dans l’ensemble, la forme des athlètes semble bonne. Nous savons que la concurrence va être ardue, avec notamment des Chinois (Taipei) ou des Sud-Coréens qui semblent particulièrement affutés, mais aussi les Colombiens qui comptent bien rester la première nation mondiale. L’ambiance est bonne et nous avons eu le temps de bien nous préparer sur la piste. L’an passé, nos résultats étaient exceptionnels, mais nous savons que chaque championnat est unique. Il nous faudra nous battre pour aller chercher de bons résultats et surtout rester concentrer jusqu’ à la fin des compétitions. Les mondiaux sont toujours longs et beaucoup de choses peuvent se passer. Gageons que nous pourrons lancer une dynamique positive dès les premières compétitions.

L’année dernière, l’équipe de France avait terminé deuxième nation mondiale. Quels sont les objectifs pour cette année ?

Les athlètes donneront le meilleur d’eux-mêmes pour garder le rang de l’an passé. Les Seniors et Juniors hommes semblent en forme pour défendre leurs titres ou leurs médailles, aussi bien en sprint qu’en fond. En ce qui concerne notre équipe féminine Senior, elle travaille dur et semble en forme pour se rapprocher des podiums. Les Juniors femmes, quant à elles, sont encore jeunes : elles sont là avant tout pour apprendre et tenter crânement leur chance. Le sport n’est cependant pas une science exacte : l’important sera de ne rien lâcher du début à la fin et de savoir saisir les opportunités tactiques lorsqu’elles se présenteront.

Merci Arnaud et bonne chance pour les compétitions !