Artistique_PrescilliaHenneguellePierreMeriel.jpg
Icone Boutique2  Icone Facebook  Icone Twitter  Icone RSS

Le Val Roller (Valenciennes)

Tour d'horizon des clubs de roller de vitesse
Le VAL Roller de Valenciennes inaugure notre tour de France
 
Le roller de vitesse est un sport très dynamique par essence. Ceux qui le pratiquent au quotidien, qui entraînent les jeunes, qui donnent de leur temps pour organiser des compétitions ou des stages, ceux qui roulent et font partager leur passion, tous ceux-là peuvent en témoigner. Le mieux, c'est aussi de leur laisser la parole. Comment va le roller de vitesse aujourd'hui dans notre pays ? C'est la vaste question à laquelle nous allons essayer de répondre en commençant par le Nord, et plus précisément par le club du VAL Roller de Valenciennes (Nord).
 
 
Valenciennes, l'ancienne capitale du Hainaut, compte quelques 43 500 habitants. Une grosse commune traversée par l'Escaut, située à quelques encablures de la Belgique. La ville est certainement plus connue pour son usine automobile Toyota ou pour son club de football de Ligue 1 que pour son club de roller, fondé il y a quelques six années. Pourtant, la section course grandit à vue d'œil et se fait connaître depuis deux ans notamment, au travers de l'organisation des championnats régionaux route Nord-Pas-de-Calais/Picardie/Haute-Normandie. Les championnats régionaux pistes auront lieu quant à eux en Hante-Normandie.
 
« A l'origine, nous sommes une école de roller pour enfants ouverte aux 6-12 ans, couplée à une section pour adultes » explique Julien Lalou, qui s'occupe à temps très complet (mais bénévolement) du VAL en tant qu'éducateur sportif diplômé (BE). Le club s'est ensuite diversifié et compte aujourd'hui une section hockey inline (les Red Rabbits) ainsi qu'une section de roller-derby. La section vitesse est née cette année seulement, bien que le club participe aux 24 Heures du Mans ou aux 6 Heures du circuit Carole depuis longtemps et organise les régionaux depuis deux ans (trois cette année).
 
Julien nous explique que la création de la section course a permis d'obtenir des créneaux supplémentaires, des créneaux qui consolident les bases d'un club dont les adhérents ont entre 6 et 70 ans ! « Nous ne sommes pas encore au point sur tout, relativise Julien. Nous avons une vingtaine de petits patineurs qui font de la course, mais je n'oblige pas les adhérents à se déplacer sur les compétitions. Les choses se sont mises en place petit à petit parce que les parents et les bénévoles étaient motivés. C'est en train de monter en puissance, mais nous devons aussi former nos patineurs qui sont soit débutants (les plus petits), soit qui sortent du slalom ou du freeskate. »
 
Préparer l'avenir
 
Julien Lalou pense le sport de façon très réfléchie : il ne veut pas que ses protégés se dispersent trop et soient trop vite démotivés. Il préfère les former pas à pas et leur faire goûter aux compétitions le moment venu. C'est d'ailleurs l'un des cadres techniques fédéraux, Thomas Boucher, qui lui a proposé de présenter certains de ses petits patineurs à la manche PBM Ile-de-France de Longjumeau du 27 janvier dernier après les avoir vu évoluer lors d'un des quatre stages régionaux proposés par la FFRS. « Nous voulons solidifier notre base et viser le long terme, c'est pourquoi nous participons à tous les événements qui se passent sur Lille ou Douai. Comme nous nous entendons bien avec ces deux autres clubs, cela créé une certaine dynamique. »
 
Julien prépare l'avenir avec beaucoup d'enthousiasme et explique qu'il s'est déjà déplacé avec ses jeunes à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime) ou à Longjumeau (Essonne) pour se projeter vers l'année prochaine, se rendre compte du niveau. « Etant donné mon métier, nous n'avons pas de problème pour la préparation physique. En revanche, nous sommes forcément demandeurs en ce qui concerne les aspects liés à la préparation technique. Heureusement que Pascale Quoy n'est pas loin et que nous disposons de stages régionaux ! »
 
Deux ans avant d'obtenir une salle et prouver leur motivation...
 
Pour pouvoir bénéficier d'un créneau course supplémentaire dans une salle, le VAL a dû supprimer la section roller adulte. Evidemment, ces derniers ont été déçus, car ils étaient très demandeurs. « En revanche, à chaque période de vacances scolaires, je m'organise pour proposer des stages pour les enfants et pour les adultes », explique Julien, ultra-disponible. Le choix qui a été fait de dégager ce créneau pour la course était en effet vital : en tant que jeune association, le VAL ne peut évidemment pas peser du même poids à Valenciennes que d'autres clubs mieux établis. Julien raconte même, au détour de cette anecdote, que le VAL a inauguré ses deux premières années d'existence par des entraînements à l'extérieur : de cette façon-là, la municipalité a vraiment pu voir que les patineurs étaient motivés ! Ce n'est que passé ce « test » que les salles se sont ouvertes...
 
« Maintenant, nous disposons de deux créneaux en salle : le mardi soir (trois heures) et le vendredi soir (deux heures), ce qui permet à nos hockeyeurs, inscrits dans le championnat régional, à notre section roller-derby,à la section course et à nos quarante écoliers patineurs de s'entraîner convenablement ! »L'avantage du VAL, c'est qu'il bénéficie d'une immense salle pour patiner (grande comme quatre salles classiques) et qu'aujourd'hui, la mairie soutient – surtout que le directeur du service des sports de Valenciennes, Jean-François Dupas, a été le fondateur d'une première association roller dans les années 80, avant d'être obligé d'arrêter... Une vieille histoire qui renait et qui perdure donc !
 
Julien Lalou passe beaucoup de temps – de son temps libre – à prodiguer ses conseils aux filles du roller-derby et aux hockeyeurs et à entraîner ses patineurs de vitesse. En tant qu'employé dans le service des sports d'une commune proche de Valenciennes, il enseigne également le sport dans les écoles primaires. Par ce biais, il peut insuffler le virus du roller aux écoliers. « J'interviens sur trois écoles et je fais faire du roller entre avril et juin à 250/300 enfants. Ils apprennent le roller en CP et nous organisons de petites kermesses pour le CM2 où ils peuvent se confronter et voir le niveau qu'ils ont atteint. »
 
Dans la lignée, il y a trois ou quatre ans, Julien a monté un petit challenge dans la ville basé sur une variante des Kids Roller : il demande deux euros à chaque petit participant issu des écoles où il officie et qui concoure. Cela développe l'émulation entre les écoles, dans une atmosphère bon enfant quand même : à l'arrivée, ils sont tous récompensés par une médaille !
 
« Maintenant, on nous respecte ! »
 
A l'avenir, le VAL aimerait bien continuer à se développer, par exemple en organisant des randonnées (actuellement, il y en a une par an, conjointement prise en charge par la faculté de sport de Valenciennes et par le club). Le club vise aussi le niveau national en vitesse et Julien fait participer ses protégés aux stages régionaux de détection Benjamins, Minimes, Cadets proposés par la DTN, prodigués l'entraîneur régional et ouverts aux voisins picards. Pourtant, il continue de solidifier le club sur tous les tableaux et espère que les parents trouveront toujours autant d'enthousiasme que leurs enfants à venir patiner au VAL. Pourvu que le roller de vitesse continue à grandir dans le Nord, à Valenciennes comme à Lille ou à Douai.
 
« D'ailleurs, le roller commence à rentrer dans les mœurs ici, note Julien. Quand nous roulons en peloton sur la route, les gens font plus attention. Ils savent qui nous sommes et nous respectent autant que les cyclistes et les coureurs à pied ! » Signe que le roller à Valenciennes existe et qu'il n'est pas prêt de s'arrêter ! Le secret espoir de Julien : que la belle salle en parquet de la ville accueille un championnat de France indoor dans un futur proche...
 
Pub BanniereLigneDroite2012
2013 Pub HawaiiSurf
EspaceDisponible 2
Connexion

Connexion

MMA           BSN medical             Entreprise logo

Copyright 2012 © Fédération Française de Roller Sports - 6 Boulevard du Pdt Franklin Roosevelt - CS 11742 - 33080 Bordeaux Cedex - France
contactez nous par mail - Tél. : (33) 05 56 33 65 65  (de 9h à 12h30) - Fax : (33) 05 56 33 65 66