C’était la dernière course du championnat du monde, un peu à l’image de la semaine passée à Kaohsiung. Ewen Fernandez est devenu champion du monde du marathon en 1h00’44, à 42km/h de moyenne donc : il a franchi la ligne tout seul, comme un « grand » du patinage de vitesse ! Pour couronner le tout, Elton De Souza termine troisième de l’épreuve, finissant deuxième du sprint du peloton derrière Julio Morena (Venezuela), un peu moins d’une minute derrière Ewen Fernandez. Elton est parvenu à tirer son épingle du jeu au sein d’une meute d’une quarantaine d’unités.

 

 

Ce double podium, parmi tant d’autres, nous rappelle que le roller de vitesse est certes un sport individuel, mais qui doit se courir en équipe à ce niveau de compétition. L’esprit d’équipe, les Bleus le porte comme un étendard, incontestablement. Tout au long de la semaine, que ce soit sur la piste ou sur la route, ils se sont entraidés, épaulés, protégés, pour aller décrocher des médailles.

 

Podium marathon 1A l’issue de ce championnat du monde de Kaohsiung, la France est devenue troisième nation mondiale avec 4 médailles en or gagnées par ses athlètes, 8 en argent et 3 en bronze, soit un total de 15 médailles. Les indéboulonnables Colombiens et les Sud-Coréens caracolent en tête. Mais dans la catégorie des Seniors hommes, l’équipe de France a dominé : elle remporte le classement FIRS sur la route et termine deuxième sur la piste.

 

Ce championnat du monde ne pouvait pas mieux commencer. Alexis Contin gagnait en effet les deux premières courses de fond sur piste samedi et dimanche dernier (le 14 et le 15 novembre). Double champion du monde en deux jours : une entame parfaite ! D’autant plus que dans la première course, celle de l’élimination, Ewen Fernandez terminait aussi troisième.

 

 Premier jour de course et premières médailles pour les Bleus

 

Cela aurait pu être excellent si les Bleus (Alexis Contin, Ewen Fernandez, Elton De Souza) avaient aussi empoché le titre par équipe sur piste lors de la troisième journée de championnat. Ils terminent cependant vice-champions du monde derrière les Sud-Coréens, seulement doublés dans la dernière ligne droite. Ce n’est tout de même pas une contre-performance, loin de là. D’autant plus que tous ces podiums ont permis aux seniors hommes de monter sur la plus haute marche du classement FIRS dans les épreuves sur route et sur la deuxième sur piste.

 

 Clémence Halbout touche le Graal

Kaohsiung_2015_Jour_3_photo_66_800_copyright_ffroller_mediaskates

 

Dans la deuxième partie du championnat, à partir des courses sur route (vendredi 20 et samedi 21), on a vu Ewen Fernandez monter en puissance et Clémence Halbout réaliser un rêve. Commençons par la dernière nommée : elle est devenue vice-championne du monde de la course à points, sous un déluge de pluie, à l’issue d’une course très audacieuse.

 

Elle est en effet parvenue à sortir du peloton très tôt dans la course et dans un groupe de trois patineuses : la position idéale pour engranger des points ! Seule Yu Garam a finalement surpassé Clémence au nombre des points gagnés au fil des tours. La Sud-Coréenne en a pris 31, contre 22 pour notre athlète. Mais Clémence s’est offert le luxe de s’échapper dans les derniers tours et de finir seule devant.

J5 argent

 

Photo : Ewen Fernandez, Clémence Halbout et Quentin Giraudeau en argent vendredi

 

Pendant deux jours, vendredi et samedi, Ewen Fernandez a quant à lui buté sur la plus haute marche : deux fois deuxième des courses de fond, il ne lui restait plus qu’une petite étape à franchir. On connait l’athlète, qui ne lâche rien. Et c’est en équipe que cette marche, il l’a franchie, avec Darren De Souza et Gwendal Le Pivert. Dans une finale du relais sur route haletante, le trio bleu-blanc-rouge a démontré toute sa science et sa maîtrise, contenant parfaitement la concurrence jusqu’au dernier tour. A la cloche, Ewen expédiait Gwendal sur orbite : lancé à toute allure, le sprinteur de l’équipe de France s’arrachait encore dans un lancer de patin rageur pour décrocher l’or et le maillot arc-en-ciel.

 

 Quentin Giraudeau en chef de fil des Juniors

 

Dans la catégorie des Juniors hommes, Quentin Giraudeau s’est affiché en chef de fil. Il est allé gagner plusieurs médailles à Kaohsiung, dont deux en argent dans les courses de fond sur route. Sur la distance du marathon, il a pris une belle médaille de bronze, à la lutte dans le sprint du peloton. Sebastian Paredes (Venezuela) s’impose en 1h02’50 devant Renato Campana (Equateur). Timothy Loubineaud n’a certainement pas démérité non plus tout au long de ce mondial : il a accroché plusieurs Top 10 et il a été au four et au moulin pour épauler Quentin toute la semaine.

12235107_471534256359576_8208628475444627595_n

 

Un petit mot à propos des Juniors femmes pour finir. Malheureusement, elles ne sont pas parvenues à décrocher de médaille, comme cela avait été le cas en 2014 à Rosario. Elles ont donné leur maximum et parfois, les évènements ont joué contre elles (Chloé Michel a été blessée très tôt). Elles ont aussi beaucoup appris, emmagasinant de l’expérience pour le futur. Elles ont trouvé un modèle en la personne de Clémence Halbout, un modèle à suivre les yeux fermés !

 

Darren De Souza, Gwendal Le Pivert et Ewen Fernandez, champions du monde du relais sur route

 

Crédits photos : FFRS et FIRS