Ces cinq-là ont deux choses en commun. La première, c’est leur sélection en équipe nationale dans la catégorie des Juniors B (Cadets en France) pour le championnat d’Europe de Wörgl. La deuxième, beaucoup plus prosaïque, c’est que tous leurs prénoms se terminent par le son « in » (prononcez « un », comme le numéro). Prémonitoire ? C’est ce que vont nous dire Flavien, Valentin, Martin, Doucelin et Bastien au travers de cette interview !

Première question : cela vous fait-il plaisir, cette sélection ?

Flavien Foucher. Cette sélection me fait très plaisir. Porter les couleurs de la France est un rêve, mais il ne faut pas s’arrêter là et aller chercher des titres !

Valentin Thiébault. Cette sélection me fait plaisir également, car le championnat d’Europe est mon objectif de la saison et j’y travaille depuis longtemps. Malgré quelques blessures en mars et en juin, j’y suis arrivé, donc oui je suis heureux !

Martin Ferrié. Comme depuis 4 ans, c’est toujours un immense plaisir de revêtir la tunique bleu, blanc et rouge. Maintenant il ne reste plus qu’à concrétiser.

Doucelin Pédicone. Cette sélection me fait plaisir bien sûr. Je pense qu’une sélection en équipe de France fait difficilement peu plaisir. Pour moi, elle vient récompenser des efforts faits tout au long de l’année, bien que l’objectif principal ne s’arrête pas là.

Bastien Lhomme. Quant à moi, c’est m première sélection donc bien sûr, c’est un grand honneur de porter les couleurs de la France.

Certains d’entre vous ont déjà porté les couleurs de l’équipe de France : quelle(s) expérience(s) en avez-vous tiré ?

FF. Nous sommes quatre à avoir porté les couleurs de l’équipe de France : cela va nous aider dans le replacement, mais aussi pour gérer la pression, et ce n’est pas toujours facile.

VT. Effectivement, cela sera ma troisième sélection au championnat d’Europe. Participer à des épreuves sous les couleurs de l’équipe nationale est une expérience particulière, car nous courons pour la France. Il faut faire abstraction de temps en temps de ses ambitions personnelles et se mettre au service d’un leader. Quand cela fonctionne bien, la victoire d’un co-équipier fait autant plaisir que ses propres médailles. Ce fut le cas pour moi lors ma première sélection en 2013 !

MF. Comme je disais précédemment, c’est ma quatrième sélection. Cela m’apporte l’expérience du championnat, surtout un championnat qui dure une semaine. De plus, la gestion du stress est beaucoup plus simple. Après, il faut être là au bon moment !

DP. Je pense que j’en ai tiré une expérience dans l’importance de l’équipe dans un championnat, dans la manière de patiner avec une équipe, mais également un avant-goût du sport de haut niveau.

Vous avez aussi connu des courses et/ou des podiums internationaux. Vous connaissez donc plus ou moins vos forces (et vos faiblesses).

FF. Je pense que ma force va être l’envie de gagner et mettre la bonne ambiance au sein de l’équipe. Pour les faiblesses, ne pas se relâcher avant que la ligne soit franchie.

VT. Même si je me débrouille bien sur le fond, il est certain que mon point fort reste le sprint. Il est prévu que je participe uniquement aux épreuves de sprints courts (chrono et 500m) et les relais. Points faibles : la course à points, et quelques fois un peu trop d’engagement, qui me pousse à la faute. Cela nous a couté le titre du relais en 2013, je chute alors que nous avons «course gagnée » !

MF. C’est le troisième championnat que je fais avec Valentin, Doucelin et Flavien. J’ai couru avec Bastien toute l’année en équipe avec lui. Donc on se connaît tous parfaitement, aussi bien nos points forts que nos points faibles.

DP. Bien sûr, on se connaît tous très bien dans l’équipe : on a déjà tous couru en équipe ou les uns contre les autres. Je pense que cela fait notre force principale, en ajoutant que notre équipe possède des individualités fortes. Cela ajouté à l’envie de briller de chacun peut paraître notre point faible : en effet, le grand défaut, je pense que ce seraient les egos de chacun. C’est d’ailleurs ce qu’on s’est dit entre nous. Mais je pense que tout le monde sait ce qu’il a à faire et cela sera vite mis de côté afin de laisser place à une équipe forte.

BL. On se connait plutôt bien et on est capable de rouler ensemble. On a une equipe assez complète qui nous permet de changer de leader s’il y en a un qui ne se sent pas bien.

Avec quels espoirs partez-vous pour Wörgl ?

FF. Ramener un maximum de titres pour la France. On est une équipe homogène : il faudra avoir dans l’optique d’aller chercher le titre sur toutes les courses.

VT. Collectivement, rééditer le championnat 2014 ! Ce championnat fut magique. A titre personnel, obtenir mon premier titre individuel et regagner les deux relais avec mes partenaires.

MF. Je pense que l’objectif pour cette année c’est de repartir avec un titre chacun.

DP. En partant à Wörgl, avec l’équipe que l’on a, on peut effectivement espérer que tout le monde rentre avec un titre !

BL. C’est vrai ! Je pars dans l’espoir de gagner un titre de champion d’Europe.

Comment pourriez-vous décrire le collectif France dans votre catégorie ?

FF. Il y a une bonne entente et tout le monde mettra son ego de côté pour se mettre au service des uns et des autres.

VT. Nous nous connaissons tous très bien. Même si nos confrontations sur les patins sont spectaculaires, en dehors des pistes, les tensions retombent et tout se passe bien (on rigole bien !). Lorsque nous sommes en équipe de France, nous sommes tous très motivés et déterminés à remplir les objectifs, et franchement, nous sommes super soudés : les championnats d’Europe 2014 l’ont prouvé.

MF. Je pense qu’on est un très bon groupe, qui plus est fort et assez « baba cool » sur les bords. Comme diraient nos coachs, l’esprit d’équipe doit être nôtre force !

DP. Dans notre catégorie, je trouve le collectif assez homogène. Chacun a ses petites qualités respectives, mais je pense que ce qui fait la force de celle-ci, c’est que tout le monde a les capacités de courir sur n’importe quelle course (à quelque chose près).

BL. Simplement et pour résumer, nous sommes un très bon collectif complet.

Quelles sont les épreuves que vous visez à titre individuel ?

FF. A titre individuel, je vise le 1000 m ou une course de fond.

VT. Les chronos et les 500m.

MF. Pour décrocher un titre individuel, je pense que la course à élimination ou la course à points peuvent être mes chances, mais pourquoi pas le 1000m et le relais aussi. Sinon, pour le sprint, pourquoi pas une médaille !

DP. Les épreuves dans lesquelles je serai aligné sont les 500m, le 1000, les relais et la course à élimination route. Ce ne sont peut-être pas mes distances dites de prédilection, mais c’est une bonne occasion pour moi de prouver que je peux également faire de belles choses dans un rôle dit « sprinteur ».

BL. Je vise le 10km à élimination sur pistes (en tant que leader) et les deux courses a points ainsi que le 1000m (en tant que coéquipier).

Et bien bonne chance à tous les cinq et bon championnat !