Le championnat du monde de Rink Hockey s’est achevé le samedi 27 Juin 2015. Le France a terminé à la sixième place après s’être inclinée face à l’équipe d’Italie lors de son dernier match (6/3).

Fabien_Savreux_Rink_EDFVoici deux  interviews, une de Fabien Savreux qui dresse un bilan de cette compétition et une de Rémi Herman qui nous livre ses sentiments après ce Mondial…

M.D (Michel Debrouver) : Après cette belle semaine de Mondial, quel bilan sportif  peux-tu effectuer de cette compétition ?

F.S (Fabien Savreux) : Je suis très satisfait du comportement de l’équipe durant ce Mondial. Sortir de la poule et se qualifier pour les quarts de finale n’a pas été simple, et c’est peu de le dire ! L’équipe Angolaise a fait un superbe Mondial en tenant en échec les Champions du Monde Espagnols. Mais ils ne se classent pourtant qu’à la 9ème place ! C’est dire si le niveau d’un Championnat du Monde est relevé ! De notre côté, nous avons réussi à nous classer 2ème dans un groupe extrêmement difficile. Autant nous avons eu du mal à nous libérer lors du match d’ouverture, autant j’ai trouvé l’équipe monter en puissance avec une nette victoire face à la Hollande et un match très serré contre l’Angola. La fin de match contre l’Angola restera un moment fort de ce Mondial et de l’histoire de l’équipe de France ! Nous avons ensuite attaqué la 2ème partie du Mondial avec beaucoup de confiance, mais nous sommes tombés en 1/4 de finale face à une équipe d’Argentine qui a tout emporté sur son passage en 2ème phase ! Nous avons terminé la compétition avec l’objectif d’aller chercher la 5ème place, tout comme l’Italie, le Mozambique et le Chili, 3 adversaires très compliqués à jouer. La 1/2 finale contre le Chili, remportée au but en or à l’issue d’un match très ouvert, nous a permis de jouer la 5ème place contre l’Italie, Championne d’Europe en titre. L’entame de ce dernier match nous laisse beaucoup de regrets puisque nous sommes menés 0-2 après 2 minutes … Malgré tout, nous sommes repartis de l’avant et avons eu l’occasion de recoller au score. Mais les Italiens nous ont été supérieurs au niveau du réalisme sur ce dernier match.

La France se classe donc 6ème de ce Mondial, ce qui constitue une bonne performance. Les 3 premiers restent un cran au-dessus des autres équipes. L’Allemagne, 11ème du dernier Mondial en 2013, a réalisé un bon parcours en remportant le 1/4 de finale le plus accessible. Notre tableau (Espagne et Angola en poule + Argentine en 1/4 de finale) était beaucoup plus compliqué pour atteindre les demi-finales.

Je profite de cette question sur le bilan sportif du Mondial 2015 pour remercier la fédération et les organisateurs qui ont réussi à organiser ce Mondial de belle façon et à mettre l’équipe de France dans d’excellentes conditions. Je voudrais également remercier tout le public qui nous a suivi durant ce Mondial, que ce soit au Vendespace ou à distance. L’équipe de France n’a jamais baissé les bras et a voulu se montrer digne de votre extraordinaire soutien. Merci encore !

M.D : Y a -t-il des joueurs Français qui t’ont particulièrement satisfait durant cette semaine ?

F.S : L’équipe de France a évolué durant cette semaine de compétition en EQUIPE. Le groupe avait des bases solides et saines. Bien sûr, une équipe pour briller doit pouvoir se reposer sur des individualités de haut niveau. J’ai trouvé le capitaine Sébastien Furstenberger très bon dans son rôle, mais la révélation de ce Mondial est le jeune Rémi Herman qui a été époustouflant pour sa première compétition internationale avec les Seniors. L’autre jeune de l’équipe, Carlo Di Benedetto, a également réalisé de bonnes prestations sur ce Mondial ; il venait de terminer meilleur buteur de la Coupe des Nations et était très attendu en tant que fer de lance de l’attaque française. Il a une marge de progression encore importante, ce qui devrait lui permettre de figurer parmi les meilleurs joueurs du prochain Mondial en 2017. D’autres joueurs ont joué une bonne compétition, comme Florent David, qui a eu un gros volume de jeu, ou encore Anthony Weber, qui a connu des problèmes dans sa préparation mais qui a su être décisif lors du match-clé contre l’Angola puis contre le Chili pour nous qualifier pour la « finale 5-6 »

M.D : Comment perçois-tu l’avenir de ce groupe ?

F.S : Cette équipe de France a un bel avenir. J’ai dit aux joueurs que je ferai le point avec chacun d’entre eux après la reprise en octobre pour commencer à construire la pré-sélection pour le prochain Euro qui aura lieu en juillet 2016 au Portugal. Quelques jeunes vont frapper à la porte, comme Roberto Di Benedetto par exemple, qui a montré qu’il avait un très bon potentiel lors de la préparation de ce Mondial 2015.

M.D : Quelles sont tes perspectives personnelles en tant que sélectionneur ?

F.S : Actuellement, j’ai débuté la préparation de l’Euro U17 qui va se jouer au Portugal début septembre. L’échéance suivante sera la Coupe Latine (pour les moins de 23 ans). Cette compétition me permettra de tester de jeunes joueurs nés entre 1994 et 1999. Certains sont déjà dans le groupe Seniors, d’autres vont l’intégrer l’année prochaine. Le Championnat d’Europe 2016 sera très important pour préparer les Roller Games qui auront lieu à Barcelone en juillet 2017. Si le format de la compétition ne change pas, alors nous serons en 1ère phase avec le Portugal, le Brésil et le Champion du Monde du Groupe B. L’objectif sera de sortir de la poule pour jouer un 1/4 de finale face à l’Allemagne, l’Italie, la Colombie ou l’Autriche.

M.D : Le Mondial a été une réussite en matière d’organisation mais peu relayé au niveau médiatique, qu’en penses-tu ?

Championnat du monde de rink hockey 2015 : France ItalieF.S : Je trouve que ce Mondial a été plutôt bien relayé au niveau médiatique mais sur un plan local, voire régional. Il est vraiment très compliqué d’intéresser les médias nationaux. Lorsque nous avons été Champions du Monde avec l’équipe de France Féminines en 2012, nous n’avons même pas eu droit à une phrase dans l’émission Stade 2 par exemple. Notre sport est magnifique, mais en France, cela ne concerne qu’un peu plus de 5 000 licenciés. Ce n’est pas suffisant pour s’ouvrir les portes des médias nationaux. Il ne faut pas baisser les bras, mais ce combat est vraiment très difficile à mener. Toutes les aides sont les bienvenues car, dans ce milieu, cela passe souvent par une ou plusieurs connaissances qui peuvent aider à ouvrir quelques portes.

M.D : Comment agir pour développer ce sport ?

F.S : Le Haut Niveau, la Formation et le Développement de la Base sont les 3 axes sur lesquels il faut travailler pour développer le Rink-hockey. Concernant le développement de la base, actuellement, l’objectif est de consolider les structures existantes. Dans un 2ème temps, il faudrait pouvoir créer des clubs de Rink-hockey pour augmenter notre nombre de licenciés, mais le problème des infrastructures est un vrai frein au développement du Rink-hockey. Il faut pouvoir s’installer durablement dans un gymnase avec un sol praticable, des barrières, des filets de protection … et trouver des créneaux, sans doute déjà utilisés par d’autres associations sportives ! L’équation n’est pas simple. L’important est de poursuivre les efforts, sans baisser les bras. Nous sommes tous dans la même galère !

M.D (Michel Debrouver) : Que penses-tu du résultat de l’équipe de France ?

R.H (Rémi Herman) : Se classer 6ème d’un Mondial sénior, c’est un bon résultat, nous avons perdu contre les deux meilleures équipes du Monde et contre celle qui est championne d’Europe. Nous avions une poule difficile et nous avons réussi à déjà sortir des poules. Le public nous a soutenus et il a été formidable.

M.D : Quelle analyse fais-tu de ta performance personnelle ?

R.H : C’est toujours difficile de se prononcer et d’analyser sa propre performance, mais j’ai essayé de donner le meilleur de moi-même.J’ai tenté de jouer sur mes qualités de vitesse, de percussion, cela ne m’a pas trop mal réussi.Je suis toujours très fier de porter ce maillot et je sais qu’il me reste encore du travail pour progresser et donner encore plus.

M.D : Tes perspectives d’avenir ?

R.H : Comme ça tout de suite, je pense au Championnat du Monde U20, je crois que nous pouvons viser le titre.

J’ai la chance d’appartenir à ce groupe et à cette belle génération. C’est une équipe géniale avec de gros potentiels à tous les postes, nous allons ensemble préparer au mieux cette compétition et donner le meilleur de nous-mêmes.

Après, cela reste une compétition, avec ses incertitudes, mais le travail paie alors donnons nous à fond.