18 éditions déjà que les 24 Heures Roller s’inscrivent au calendrier des grands rassemblements français. De la petite centaine d’équipes de ses débuts, l’événement Sarthois réunit aujourd’hui plusieurs milliers de pratiquants, débutants ou experts du roller, dans la mythique enceinte du circuit Bugatti, le temps d’un weekend.

L’installation

Le vrombissement des moteurs résonne encore sur l’enrobé du Bugatti quand les premiers patineurs prennent possession du camping des 24 Heures Roller. Chaque équipe a prévu sa logistique : réserves de nourriture, sacs de couchages, réchaud à gaz, bâches, vêtements de rechange, canapés pneumatiques… chacun avec ses petits secrets et sa méthode pour aborder au mieux cet événement hors du commun. Certains plantent la tente, d’autres arrivent en camping-car, d’autres encore ont loué une loge au dessus des tribunes pour plus de confort et une plus grande proximité avec les paddocks.

Alors que le staff des différentes équipes se rassemble en vue de l’ouverture des paddocks, à proximité, se prépare la rando roller. Le weekend n’a pas débuté sous les meilleures auspices avec de nombreuses averses prévues pour la journée et la nuit du samedi. Cela n’a pas découragé les passionnés qui se sont élancés à l’assaut du circuit. Quelques 5000 patineurs prennent leur marques sur deux tours, un premier tranquille et un second plus sportif !

Une atmosphère unique

On vient au Mans avant tout pour l’ambiance particulière qui se dégage de l’endroit : le circuit, bien évidemment, avec sa boucle de 4,185 km pimentée par la montée du Dunlop, celle qui vous tétanise les mollets à force de répétition, qu’on apprivoise au fil des tours, qu’on finit par dompter pour jouer avec son dénivelé. On s’effraie un peu lors de la première descente, puis on attend avec impatience le tour suivant et l’on s’y grise de vitesse au milieu des autres patineurs. 

Les paddocks grouillent de vie et d’amoncellements éclectiques de tables de camping, de chaises pliantes. On y organise les relais, les prises de quart pour la nuit, les ravitaillements, le matériel. Les langues s’y mêlent dans un joyeux brouhaha : français, allemand, néerlandais, flamant, espagnol, portugais, russe… On vient de partout pour vivre l’expérience mancéenne ! 

Le départ se fait dans la grande tradition des 24 Heures : les pilotes d’un côté, les machines de l’autre ! Sur la piste, les « avions » (surnom donné aux patineurs de vitesse des équipes pros), cohabitent avec les moins aguerris en bonne intelligence. Cette année, l’organisation a même ouvert les inscriptions aux longboards qui ont impressionné par leurs performances en solo comme en équipe ! Certains ont parcouru plus de 400 km sur la durée de l’épreuve. A noter également : la participation de 3 patineurs unijambistes, ainsi que d’une sourde et muette ! Ils impressionnent par leur capacité à surmonter leur handicap et inspirent le plus grand respect aux autres concurrents.

La nuit, les sensations de vitesse sont démultipliées. Le calme nocturne est propice à la rêverie. Il ne faut toutefois pas s’endormir et rester vigilant sur le circuit ! On y croise les solos qui enchaînent inlassablement les tours. Quelques uns utilisent des lumières pour être plus visible, même si le circuit est bien éclairé.

Enfin, l’arrivée reste gravée dans l’esprit de tous les patineurs avec les clameurs qui montent des tribunes, le staff amassé derrières les parois de verre qui encourage les patineurs, le compte à rebours égrené par l’organisation. Les poils se hérissent sur les bras rien de que d’y repenser ! Un moment à vivre au moins une fois dans sa vie de patineur.

Un rassemblement populaire et ludique

Si quelques équipes s’engagent avec la ferme intention d’en découdre et de battre des records, la majorité des participants vient pour passer un moment festif et convivial. Les déguisements sont là pour en attester : perruques bigarrées, maquillages colorés et costumes originaux abondent sur le circuit. Peu importe le chrono tant qu’on a l’ivresse de rouler !

Le Mans, c’est le rendez-vous annuel incontournable de la communauté roller, parfois le seul moment de l’année où l’on croise les copains de l’autre bout du pays.  Rares sont les événements qui permettent à ce point de nouer des liens.

Le village roller

Le Mans est aussi l’une des rares occasions où l’on peut aller au contact des fabricants de roller, très présents au coeur du village de l’événement. On peut y découvrir les dernières nouveautés en terme de matériel, discuter technique et innovation avec des spécialistes ou réfléchir à sa prochaine paire de roller. Grand luxe : on peut même tester les derniers modèles en grandeur nature ! Rien de tel pour repartir sur de bonnes bases.
Cette année, #MyRoller a mis l’ambiance et apporté un rayon de soleil sur le village avec ses tentes aux teintes pastelles blanches et vertes et ses danseuses sur roulettes. Des milliers de patineurs ont pu tourner la roue et remporter de nombreux lots : tours de cou en tissu (bien utiles avec le vent et la fraîcheur de cette édition ! ), handspinners, et même un voyage pour aller assister aux Roller Games en Chine !

Liens

Le site de l’événement

Retrouvez l’intégralité des résultats sur le site du chronométreur